Fais-moi signe



Le signe est sûrement le premier moyen de communication utilisé par la race humaine. Avant la parole, le signe existait. D’abord de façon instinctive, il devint ensuite moyen d’exprimer. Voyons l’histoire de l’évolution du signe, des signaux de détresse aux signes symboliques.


Instinctifs ou voulus

Instinctivement, face au danger, on plaque ses deux mains en avant afin de se protéger. Probablement que le premier humanus utilisait ce geste sans même y penser. Jusqu’au jour où il le fit pour indiquer à quelqu’un de ne pas s’approcher; c’était le premier signe d’intercommunication. Vinrent sans doute ensuite tous ces signes qui, au-delà de la langue, expriment des états et des demandes. Par exemples, la main qui tend pour l’aumône, le signe de la main qui ramène vers soi pour dire viens vers moi, etc.


Les signes qui parlent

C’est avant les systèmes de communications modernes que les signes prirent toute leur importance. Les premières nations utilisaient les signaux de fumée pour rejoindre des tribus distantes. Au moyen-âge, sur les cimes des montagnes, on érigeait des tours dont les feux indiquaient l’arrivée d’un danger.



L’invention du code morse fut une grande avancée dans le monde des signaux. Son code de petits et de grands sons (ou points et lignes à l’écrit) permit de communiquer des messages abrégés mais explicites; le télégraphe en fit son premier vocabulaire. La marine composa aussi ses codes de communications en utilisant des drapeaux. Ce système, appelé sémaphore, permet un échange visuel se faisant en silence d’un bateau à l’autre.

Parler sans voix

Là où le signe fut une bénédiction est sans contredit l’avènement du langage signé destiné aux personnes muettes ou malentendantes. Une codification de gestes des deux mains permet à un individu ne pouvant parler de s’exprimer. De même qu’il devient aussi possible pour une personne qui ne perçoit pas les sons « d’entendre » par cette gestuelle. Pensons aussi au braille, cette méthode de communication écrite dont la codification en relief permet aux non-voyants de lire les embossures du papier avec les doigts.


Cachez ce signe

Les signes sont directement associés à des symboliques. Sans même chercher, on pense à : la croix et la chrétienté, le svastika et les nazis, l’étoile de Jérusalem et Israël, le croissant et l’islam. Il existe des centaines de symboles signifiants dans l’Histoire.


Aux signes symboliques se rattachent des idéologies supportées parfois par des milliers d’adhérents. En plus, une partie de ces groupes sont des sectes occultes. Leurs membres gravitent dans les coulisses des siècles, se reconnaissant grâce à des signes secrets et des mots de passe subtils.


Secret et reconnaissance

Parmi les centaines de pseudo sociétés secrètes utilisant les signes et symboles comme support de leur idéologie, on trouve :

L’École de la nuit, Majestic 12, Mano Negra, ODESSA, Prieuré de Sion, les Triades chinoises, les Yakuzas, les Thugs, les Aniotas, la Cosa Nostra, la Camorra, la 'Ndrangheta, la Sacra Corona Unita, la Stidda, les cartels mexicains et les de moins en moins secrets Illuminatis.1


Tous ces croisés fantômes tendent au secret, pour la plupart, afin de couvrir des activités interdites ou immorales.


Toujours prêt, pour la paix

Cependant l’usage de signes de reconnaissance ne fut pas toujours destiné à dissimuler de mauvais agissements. En effet, plusieurs signes furent instaurés afin de permettre la reconnaissance à un groupe ou à une société. Ce fut le cas, par exemple, du salut militaire, des trois doigts du salut scout, des deux doigts du signe de paix des hippies.


Signez ici

La signature est bel et bien l’un des signes les plus importants de notre Histoire. Acceptation d’une entente, d’un contrat, d’un traité, la signature fut toujours un signe d’engagement, voire de garantie officielle. L’impression d’un sceau authentifia les signatures; on se souviendra de la bague du monarque qui imprègne de son emblème le cachet de cire des missives.

Après des siècles de reconnaissance, l’usage de la signature s’estompe lentement sous l’avènement des signatures numériques et de la disparition des contrats papier.


C’est quoi ton signe ?

C’est l’astrologie qui a le plus marqué le monde populaire des signes. Beaucoup de gens connaissent leur signe astrologique, bien qu’ils croient plus ou moins à leurs significations. Cependant, cette idéologie perdure grâce à tous ces experts qui dessinent les caractères d’un individu à partir de son signe de naissance et vont jusqu’à prédire l’avenir pour chaque signe du zodiaque.


On retrouve également l’astrologie en Asie. C’est le cas de l’horoscope chinois qui, lui, associe les années de naissance à un animal symbolique.


 

Épilogue

Signes, signatures, sceaux, symboles, l’humain a toujours eu besoin de laisser sa marque, son empreinte. Comme poussé par un irrésistible besoin d’immortaliser sa trace, d’inscrire un souvenir de sa présence dans cet univers.


Finalement les signes et leurs symboles forment les traces indélébiles de l’Histoire humaine. Des signes peints sur les parois des grottes préhistoriques aux graffitis des murs d’aujourd’hui, le signe fut, est et sera partout. Voie d’expression omniprésente, la symbolique ne se taira jamais, car de l’humain c’est la plus vieille voix et son ultime signe de vie.


Merci aussi à ceux qui n'ont pas lu.

 

RÉFÉRENCES


1

Wikipedia - Liste de sociétés secrètes



Langage de signes, l'écriture et son double - Georges Jean. Gallimard, 1989.





L'homme et ses signes : signes, symboles, signaux - Adrian Frutiger 2004.





Symboles & signes : [origines et interprétations - Agnès Saint-Laurent

Montréal : Sélection du Reader's Digest (Canada), 2009.