top of page

Mensonges et menteries


Racine de la calomnie, de la médisance et de la fausse nouvelle, le mensonge est l’ennemi juré de la vérité. Voyons, en chuchotant, la vérité sur le mensonge.

 

On ne mentira pas en affirmant que la vérité est une des plus grandes victimes de l’Histoire. Son bourreau, le mensonge, a, à travers les siècles, manipulé le vrai en le transformant en son contraire. De sorte que notre monde a été bâti par autant de mensonges que de vérité.


Vérité: Connaissance conforme au réel

Véracité: Qualité de ce qui est rapporté avec véracité. La véracité d'un témoignage. ➙ authenticité, sincérité. 1


Les types de faussetés

La menterie possède plusieurs visages. Aussi, pour la comprendre, il faut bien en connaître les nuances.


Calomnie : Accusation fausse, mensonge qui attaque la réputation, l'honneur de quelqu’un.

 

Médisance : Tenir sur quelqu'un des propos malveillants, révéler ses défauts avec l'intention de nuire


Mensonge : Assertion sciemment contraire à la vérité.

 

Menterie : Mensonge. (vieilli ou régional) 1

 


Le mensonge protecteur

L’une des plus grandes motivations à mentir est de protéger. On ment pour sauver sa vie, celles de nos proches, on omet la vérité pour ne pas perdre nos biens, on dit des faussetés pour ne pas se mettre en danger.


Le mensonge vital

Mentir s’avère parfois salvateur. Durant la Deuxième Guerre mondiale si un soldat nazi demandait si on était juif, mensonge ou pas, on répondait non pour sauver sa vie. Malheureusement, l’Histoire est remplie de situations où ne pas dire la vérité était vital; que l’on pense aux discriminations, parfois meurtrières, dues à l’origine ou à la race.

 

Ironiquement, les religions forcèrent des centaines de gens à mentir. Rappelons-nous toutes ces supposées sorcières qui furent brûlées vives à cause de mensonges et de racontars. Et, que ce soit les catholiques ou les musulmans, on a trucidé des centaines de croyants qui n’ont pas voulu mentir et renier leur religion.

 


Le mensonge destructeur

Parmi les utilités de la contre-vérité, on retrouve la vengeance ou la nuisance envers quelqu’un que l’on déteste et à qui on en veut. Il s’agit ici de répandre des faussetés (ou des vérités coupables) afin de détruire la réputation, dans le dos d’un individu. Cette attaque est sournoise et elle est à l’origine des commérages, bavardages, on-dit, cancans, potins, racontars, ragots, canulars, ragots, bobards, qu’en dira-t-on, ouï-dire, accroires et rumeurs.


Ce type de contre-vérité débute souvent par : « j’ai entendu dire à travers les branches que… il paraît que… ne répète pas ceci… entre toi et moi… peux-tu garder un secret ?

Le pire de ces faussetés est que la victime, souvent innocente, peut en souffrir beaucoup et longtemps sans jamais savoir pourquoi les autres l’évitent en regardant par terre.


Le mensonge par omission

Il est possible de mentir sans dire de mensonge. Pour cela, on doit omettre des détails cruciaux tout en témoignant de ce qui est vrai. La justice dénigre souvent ce genre de tromperies qui, après révélations, se terminent par une sentence pour parjure ou outrage au tribunal. Malgré les enquêtes, il y a sûrement des gens qui furent condamnés par des omissions qui auraient pu les sauver.


Le mensonge stratégique

Le temps a vu défiler bien des tromperies destinées à leurrer ses adversaires. Durant la deuxième Grande Guerre, on a parfois volontairement laissé fuir de fausses informations afin d’orienter l’ennemi loin de la véritable attaque. Avant le débarquement en Normandie, les alliés avaient sciemment laissé croire aux espions allemands que le débarquement aurait lieu au sud de la France, bien loin de la véritable invasion au nord.

 

Le mensonge esthétique

Certaines personnes mentent à chaque fois qu’elles donnent leur nom. C’est le cas de beaucoup d’artistes comme Robert Zimmerman (Bob Dylan) et Red Dwight (Elton John). Pour expliquer ces transformations, ces célébrités disent croire que leur nom original n’est pas évocateur et est difficile à retenir. Voici une liste de ces transfuges de l’identité.


John Wayne : Marion Mitch Morrison

Patrick Bruel : Patrick Benguigui

Patrick Normand : Yvon Éthier

Dominique Michel : Aimée Sylvestre

Marylin Monroe : Norma-Jean Mortenson

Lady Gaga : Stephani-Joannie-Angelina Germotta 

Sting : Gordon Matthew Sumner

Woody Allen : Allan Stewart Konigsberg

Demi Moore : Demetria Gene Guynes.

Fred Astaire : Frederick Austerlitz

David Bowie : David Robert Hayward Stenton Jones

Charles Bronson : Charles Dennis Buchinsky

Kirk Douglas : Issur Danielovitch

Johnny Hallyday : Jean-Philippe Smet.

Axl Rose : William Bruce Rose, Jr.

Marilyn Manson : Brian Hugh Warner

Jim Morrison : James Douglas Morrison

Stevie Wonder : Calvin Cordozar Broadus Jr.

Elton John : Reginald Kenneth Dwight

Madonna : Madonna Louise Veronica Ciccone

Freddie Mercury : Farrokh Bulsara

Joni Mitchell : Roberta Joan Anderson

Lady Gaga : Stefani Joanne Angelina Germanotta

Nicolas Cage : Nicholas Kim Coppola

Danny Boon : Daniel Hamidou

Sophie Marceau : Sophie Maupu

Vin Diesel : Mark Sinclair Vincent

Jean Reno : Juan Moreno y Herrera Jiménez

Demi Moore : Demetria Gene Guynes


Le mensonge populaire

Certaines menteries font partie de nos conversations quotidiennes. Elles sont parfois si évidentes qu’elles ne servent plus qu’à dissimuler. Par exemple :


« J’allais justement t’appeler. »

« J’étais certain que c’était la semaine prochaine. »

« Je ne t’avais pas vu(e). »

« Il y avait un embouteillage incroyable. »

« Je ne veux pas de ton argent. »

« Je dois raccrocher, je passe dans un tunnel. »

« Le feu était jaune pâle, monsieur l’agent. »

« Je ne mens jamais. »

 

Les mensonges états-uniens

« People have got to know whether or not their president is a crook. Well, I am not a crook. I’ve earned everything I’ve got. » ( Les gens doivent savoir si leur président est un escroc ou non. Moi, je ne suis pas un escroc. J'ai gagné tout ce que j'ai. » )

 Richard Nixon, en 1973. Inculpé dans l'affaire du WaterGate, finalement il démissionne.

 

« Je n'ai jamais eu de relation sexuelle avec mademoiselle Lewinsky. Je n'ai jamais menti de ma vie. » janvier 1998

« Oui, j'ai bien eu une relation avec mademoiselle Lewinsky, ce qui n'était pas correct. C'était même mal. » août 1998

Bill Clinton

 

Le menteur en chef de la dernière décennie est sans aucun doute Donald Trump. Le Washington Post, à l’aide de son « fact checker », a d’ailleurs calculé que ce président républicain avait proféré 30 573 mensonges pendant son mandat.


« Tout le monde sait que je dis toujours la vérité. »

Donald Trump

 

Après avoir inventé le terme « fake news » (fausse nouvelle), il lança l’expression « the big lie » (le grand mensonge) afin de décrire l’élection qu’il perdit disant qu’elle fut truquée.


Pierre-Eliott Trudeau 1919 - 2000

Le mensonge canadien

Dans les années 80, sous le règne du premier ministre Pierre-Eliott Trudeau, le gouvernement canadien répandit internationalement la croyance que le Canada était un pays bilingue. Ce qui était, et est toujours, un immense mensonge.


La vérité est que le grand pays dont neuf provinces sur dix sont unilingues anglaises a créé un bilinguisme afin de faire parler une deuxième langue (l’anglais) aux Québécois. Les Canadians dont speak french, ceci est le « big lie » du Canada.

 

Le mensonge français

La France a eu elle aussi sa part de contre-vérités, son Histoire en est remplie. Voici quelques exemples.

 

« L’Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord. » Napoléon Bonaparte 


Charles de Gaulle a affirmé aux Algérois que l'Algérie resterait française.

Charles de Gaulle a menti lorsqu'il a affirmé aux Algérois que l'Algérie resterait française. Il l'a notamment fait lors du discours du Forum d'Alger, le 4 juin 1958, à l'occasion duquel il lança le célèbre « Je vous ai compris ! » Il précise alors: «Je déclare, qu'à partir d'aujourd'hui, la France considère que, dans toute l'Algérie, il n'y a qu'une seule catégorie d'habitants: il n'y a que des Français à part entière, des Français à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs.»


François Mitterrand a dissimulé sa maladie mortelle.

François Mitterrand, dissimula son cancer de 1981 à 1992, soit les onze premières années de ses deux septennats. Également, Georges Pompidou cacha jusqu'à sa mort être atteint de la maladie de Waldenström.

 

Valéry Giscard d'Estaing a prétendu ignorer le passé de Maurice Papon quand il l'a nommé ministre.

Valéry Giscard d'Estaing a vraisemblablement menti en prétendant ignorer le passé de Maurice Papon lorsqu'il l'a nommé ministre du Budget. Compte tenu des moyens à disposition du sommet de l'État pour enquêter sur toute personne s'apprêtant à devenir un ministre important, et compte tenu de l'habitude systématique de mener de telles enquêtes approfondies sur chaque ministre avant qu'il soit désigné, il est hautement improbable que Valéry Giscard d'Estaing ait pu ne pas connaître les activités* de Maurice Papon durant l'Occupation.

*L'implication de Papon dans la déportation des Juifs de France fut révélée au grand public par Le Canard enchaîné le 6 mai 1981.

 

 

Jacques Chirac a dit être innocent dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Jacques Chirac a vraisemblablement menti en clamant son innocence dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Le 15 décembre 2011, le tribunal correctionnel de Paris l'a en effet condamné dans cette affaire à deux ans de prison avec sursis pour « détournement de fonds publics », « abus de confiance », « prise illégale d'intérêts » et « délit d'ingérence ».

 

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il se retirerait sans doute dans un monastère pour habiter la fonction présidentielle.

Nicolas Sarkozy a menti en laissant entendre qu'il se retirerait dans un monastère peu avant d'être intronisé chef de l'État pour « habiter la fonction ». De fait, en guise de retraite empreinte de solennité et de gravité, le souvenir de ses vacances sur le yacht de Vincent Bolloré est encore très présent dans la mémoire collective.2


Détecter la non-vérité

De l’apparition du polygraphe, communément appelé détecteur de mensonges, naquirent de nouveaux spécialistes de détection des faussetés chez les contrevenants. Ce ne fut qu’au début des années 90 que les mensonges détectés par les experts, grâce au polygraphe et aux révélations du non verbal, furent reconnus et que la justice commença à en tenir compte.


 

 

Épilogue

Le mensonge est l’une des premières choses que l’on apprend dans notre enfance à cette époque où tout nous est interdit. La témérité, la curiosité, l’innocence et l’attrait du défendu nous ont fait faire des choses qu’on a parfois voulu cacher.

 

Plus vieux on ment pour préserver son jardin secret, pour plaire, pour décrocher un emploi, pour gravir les échelons ou pour garder l’amour. Mais une chose est certaine, c’est que derrière le mensonge, il y a souvent une vérité indicible.

 

 

Merci aussi à ceux qui n’ont pas lu.


 

RÉFÉRENCES

 

1

Dictionnaires Le Robert


2

 





 



 






 

 


Le Devoir - «L’art du mensonge»: un ami qui vous veut du mal de François Lévesque






 

 

Comments


bottom of page