top of page

Mourir de peur


Le cri de Ulta Nan*

La peur, c’est quoi au juste ? La frousse ne sert-elle qu’à nous protéger ? Pour ceux qui ont peur de ne pas comprendre, n’ayez crainte tout est bien expliqué.



La première peur

On peut facilement imaginer qu’aussitôt qu’humanus raisonnus prit conscience qu’il pouvait souffrir et pire, mourir, il ressentit une émotion instinctive qui le fit fuir le danger. On venait d’inventer la peur.


L’humain se rendit vite compte que la frayeur le sauvait la plupart du temps d’un danger. En plus, la peur se créait toute seule. Il apprit à ressentir chaque teinte d’émotions composant la peur afin de la vaincre et de faire face plutôt que de fuir.



Une émotion forte

Mais clarifions l’idée. Est-ce que la peur est une émotion, un sentiment ou un instinct ? Si on demande aux érudits leur définition, on obtient :


Antidote : Émotion pénible, assez violente, qui naît de la prise de conscience d’un danger, d’une menace et qui saisit une personne dans une situation précise.


Larousse : Sentiment d'angoisse éprouvé en présence ou à la pensée d'un danger, réel ou supposé, d'une menace.


LeRobert : Émotion qui accompagne la prise de conscience d'un danger, d'une menace.


Comme on le constate, on ne parle pas ici d’instinct ni de processus physiologique. Pourtant la peur cause de multiples altérations physiques et entraîne souvent le réflexe automatique de fuir ou de se protéger. On ne peut pas créer sa propre peur, car il s’agit d’un réflexe moteur; c’est une des armes de notre instinct de conservation.


Remontons le temps jusqu’aux hommes des cavernes. À cette époque, lorsque les humains rencontraient un danger, un mammouth enragé par exemple, la réaction involontaire de leur système nerveux provoquait différents symptômes : augmentation du rythme cardiaque, augmentation du flux sanguin dans les muscles, dilatation des pupilles, ralentissement de la digestion. Tout cela aidait nos ancêtres à combattre ou à fuir. Cette réaction peut toujours nous être utile aujourd’hui.1


Crainte, terreur et angoisse

Il y a plusieurs sortes de frousse. Naturellement pour les vivants c’est la peur de leur mort et par extension tout ce qui l’entoure autant durant qu’après. Certains, comme les thanatophobes, passent une partie de leur existence à être hantés par leur inéluctable décès.


Mais la peur la plus répandue est la crainte de souffrir physiquement et psychologiquement. L’horreur de la torture du corps, la terreur du harcèlement de l’esprit.


Guerre et terrorisme

La guerre est l’utilisation organisée de la peur à des fins de conquêtes. Le terrorisme, lui, utilise la terreur de l’ombre pour atteindre ses buts. Les deux activités guerrières ont en commun un pouvoir sur la vie grâce aux armes, ces outils de la peur.

La peur qui au départ protégeait l’humain s’est finalement retournée contre lui. Équipés d’armes redoutables, les esprits belliqueux formèrent des groupes immenses de guerriers qui par des violences extrêmes finirent par dominer un territoire. Jusqu’à ce qu’une armée plus imposante leur fasse assez peur pour qu’ils prennent la poudre d’escampette.


Donc, cruellement, la peur est la nourriture des guerres et la terreur la guerre du pauvre.


La peurophobie

La phobie est une peur irrationnelle qui affecte beaucoup d’individus. Les plus courantes sont la peur viscérale des animaux (zoophobie), à commencer par les araignées, les serpents. Nous connaissons tous l’agoraphobie (peur des espaces libres et des lieux publics) ou la phobie du vide. Mais il existe une quantité incroyable de phobies, répertoriées sur Internet dans des sites comme Passeport Santé2


La bananophobie

On penserait que c’est une blague, rien que par son nom, et pourtant ! La peur des bananes est bien réelle. La chanteuse Louane3 en souffre et elle n’est pas la seule. D’après les psychiatres, cette peur proviendrait d’un traumatisme lié à l’enfance.2




Friand d’épouvante

L’adrénaline qu’injecte la peur dans tout le système crée une sensation de panique qui, habituellement désagréable, plait à certaines personnes. Cette attirance envers la peur créa un univers d’horreur d’abord en littérature puis au cinéma.



De Frankenstein à L’exorcise en passant par Dracula, les grands écrivains accouchèrent de perles d’horreur et d’épouvante. Pensons à Stephen King4 qui écrivit plus de soixante titres effrayants dont certains furent portés au grand écran.


 

- Écrire la peur


Le top six des livres


Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818)

Mary Shelley


Dracula (1897)

Bram Stoker


The Shining (1977)

Stephen King / Richard Bachman


Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (1886)

Robert Louis Stevenson


Nouvelles histoires extraordinaires (1857)

Edgar Allan Poe


The Exorcist (1971)

William Peter Blatty


 

Filmer la peur


Le top huit des films

L'Exorciste (1973)

Shining (1980)

Massacre à la tronçonneuse (1974)

Psychose (1960)

Alien (1979)

The Thing (1982)

Rosemary's Baby (1968)

Halloween : La Nuit des masques (1978)

Poltergeist (1982)



Le coeur s'emballe

Une étude réalisée par The Science of Scare Project5 et menée sur 250 personnes, vient d’établir la liste des films les plus effrayants, en se basant sur le nombre de battements du cœur par minute la fréquence cardiaque moyenne au repos étant de 64 bpm (battements par minute).


Verdict : c’est le film Host, de Rob Savage, sorti en 2020, qui remporte la palme du film d’horreur le plus effrayant de tous les temps. Pendant le visionnage, le rythme cardiaque du public était en moyenne de 88 battements par minute et il s’est même élevé jusqu’à 130 bpm. Le film Sinister, est arrivé en deuxième position, avec 86 bpm, suivi d’Insidious et ses 85 bpm.


Découvrez le top 10 des films d’horreur les plus effrayants.

Host

Sinister

Insidious

Conjuring, les dossiers Warren

Hérédité

Terrified

It Follows

Sans un bruit 2

Paranormal Activity

Conjuring 2 : Le Cas Enfield6




La mort ?

Mais pouvons-nous vraiment mourir de peur ? Nous avons tous connu un moment où l’on a éprouvé une peur panique face à un danger menaçant notre vie. On a alors senti notre cœur battre la chamade, une montée de notre température et un besoin irrépressible de fuir. Mais est-ce suffisant pour en mourir ?



Mais comment la peur peut-elle provoquer la mort ? Notre système nerveux utilise l’adrénaline pour activer une réaction de combat ou de fuite dans différentes parties du corps. À forte concentration, ce messager chimique est toxique, notamment pour le cœur. Celui-ci peut voir son rythme se dérégler, ce qui cause la mort.


La peur n’est pas la seule émotion qui peut provoquer la mort. Une forte tristesse ou une grande joie peuvent aussi déclencher un surplus d’adrénaline. Un cas rapporté dans Scientific American raconte qu’un golfeur, après un trou d’un coup, s’est tourné vers son partenaire et lui a dit: «Je peux maintenant mourir.» L’instant d’après, le golfeur s’écroula… mort.7



Une peur bleue

Et pour finir, le récit d’un cauchemar épouvantable.


Même si je semblais dormir paisiblement, dans mon rêve j’étais en mauvaise posture. Au bout d’un corridor sans portes, l’immense monstre gluant surgit. À son approche, je distinguai le sang qui dégoulinait de sa bouche aux dents baveuses.


Je frissonnai de peur, la panique me prit et je sentis une sueur froide qui me coula dans le dos. Mon cœur battait la chamade et j’avais la chair de poule. J’arrivais à peine à respirer et je sentais mes cheveux qui se hérissaient sur ma tête. Mon sang se glaça dans mes veines, aucun son ne sortait de ma bouche, car ma gorge s’était soudainement nouée.


Je tremblais comme une feuille. Je perdis la tête et me mis à hurler de terreur. Mon corps se raidissait, j’étais horrifié. À cause de cette peur bleue, je n’arrivais plus à me tenir sur mes pieds et mes jambes étaient comme du coton. J’étais glacé de peur, mes mains étaient devenues moites et mes dents claquaient.


Quand la bête arriva sur moi, je devins livide et je mourus d’une syncope.


 

Épilogue

Qu’on le veuille ou non, différentes craintes peuplent nos vies. Que ce soit la peur de ne pas être aimé ou la peur qu’on se moque de nous, chacun a ses propres frayeurs. Et on n’a pas parlé des effets collatéraux de la peur comme l’anxiété, l’angoisse, l’inquiétude.


Dans les sociétés modernes de plus en plus sécurisées et à l’abri des dangers, les gens sont moins inquiets mais, pire que la peur, ils ont maintenant peur d’avoir peur.


Merci aussi à ceux qui n’ont pas lu.


 

RÉFÉRENCES

*Image de couverture : Le cri de Ultra Nan, tiré de Kicker la canisse


1

Archives IMPACT CAMPUS – Peut-on mourir de peur ?


2

Passeport Santé - La phobie (ou peur irrationnelle)


3

Anne Peichert, dite Louane est une chanteuse, musicienne et actrice française


4

L’écrivain Stephen King


5

Broadbandchoices - The scariest movies - according to Science !


6

NEON Mag - 10 films d’horreur les plus effrayants de tous les temps selon la science


7

Université Laval Québec – Archives Impact Campus Peut-on mourir de peur ?


 

Informations supplémentaires


Sens Critique - Top des meilleurs films d'horreur


HITEK.FR – Top 20 des films d’horreur mythiques



La peur et la liberté livre de Keith Lowe



 

bottom of page