top of page

Patois, argot et charabia


Comme la vie, la langue change. Les concepts évoluent et la parole s’adapte. Voyons donc les multiples facettes des changements qui colorent l’expression orale.


Depuis ses premiers mots, l’élocution de l’humain a évolué en de multiples langues. À travers le temps elles se métamorphosèrent, prenant ainsi une distance considérable de leurs origines. Aujourd’hui, chacune de ces langues porte les couleurs de son histoire, de ses accents régionaux et, évidemment, décore ses phrases des langues avoisinantes.


La famille linguistique

Mariages de langues, croisements de sens, déformations orales, beaucoup d’influences modulent l’expression du langage. Faisons le tour des variations que sont le créole, le dialecte, le jargon, le patois, l’argot, le joual, le cadjun, la parlure, le verlan, l’accent, le charabia, le baragouin et le babélisme en explorant les différentes définitions des dictionnaires Larousse*, Le Robert** et Antidote***.


 

Le créole

Larousse: langue née du contact d’une langue européenne avec une langue locale ou importée, et devenue langue maternelle dans une communauté créole. (Il existe des créoles à base de français, d’anglais, de portugais, etc.)


Le Robert : les parlers créoles, les créoles : langues provenant du contact des langues de colonisation avec des langues indigènes ou importées (africaines). Les créoles français des Caraïbes.


Antidote : langue maternelle issue d’un pidgin, où différents systèmes linguistiques ont été fondus et réorganisés en un seul pour former une langue à part entière. Le créole d’Haïti, de la Réunion. Le créole anglais de la Barbade

Signalisation en créole (Crédits Thierry Caro)

Bondié i puni pa le roche

Proverbes créoles réunionnais1

I geyn le pus a fors frékant le sien : à force de fréquenter les chiens, on attrape des puces


Ti ash i koup gro bwa : une petite hache peut couper une grosse bûche


Bondié i puni pa le roche : Dieu ne punit pas les pierres


 

Dialecte

Larousse: ensemble de termes et de règles syntaxiques utilisé dans un groupe social donné ou par référence à ce groupe.


Le Robert : forme régionale, nettement distincte, d'une langue. Dialecte rural. ➙ patois. Le wallon, dialecte français de Belgique. Les dialectes d'oc.


Antidote : variante régionale d’une langue. Dialecte vénitien, picard, normand


« […] d’un point de vue linguistique, le dialecte est aussi une langue. La terminologie de « langue » a donc une dimension sociopolitique.


En France, la langue officielle est le français. Le breton, le basque, le corse ou encore l’alsacien sont des langues régionales, qu’on appellerait alors des dialectes en comparaison avec la langue officielle qu’est le français. Idem en Inde par exemple ou l’anglais et l’Hindi sont les deux langues officielles alors qu’une vingtaine de dialectes sont reconnus parmi lesquels le cachemiri, le pendjabi, le bengali ou encore le népalais. »2


 

Jargon

Larousse : vocabulaire propre à une profession, à une discipline ou à une activité quelconque, généralement inconnu du profane, argot de métier : Jargon judiciaire.


Le Robert : façon de s'exprimer propre à un groupe, une profession, une activité, difficilement compréhensible pour le profane. Le jargon du sport.


Antidote : argot, langue déformée par les locuteurs d’un groupe qui ne veulent pas être compris par les gens de l’extérieur


On comprend bien ce que signifie jargon quand on écoute un chirurgien qui explique une intervention. Les termes courants de sa profession sont du jargon pour nous. En fait toutes disciplines spécialisées possèdent leur lexique propre, leur jargon.


 

Patois

Larousse : système linguistique essentiellement oral, utilisé sur une aire réduite et dans une communauté déterminée (généralement rurale), et perçu par ses utilisateurs comme inférieur à la langue officielle.


Le Robert : parler local employé par une population généralement peu nombreuse, souvent rurale.


Antidote : parler rural, employé par une population généralement peu nombreuse



Différencier patois et langues régionales

Si la France se trouve bien au carrefour de l’Europe du Nord et de celle du Sud, cela se confirme également dans sa diversité linguistique. Au Nord de la Loire, les différents patois français sont appelés langues d’oïl.


Au Sud de ce fleuve se trouvent les langues d’oc. De ces deux grands groupes, on peut retirer une quinzaine de patois français ayant chacun plusieurs variantes locales.

[...]

Le patois est donc un dérivé linguistique du français par sa grammaire, son vocabulaire, sa prononciation et son accent, propre à une région voire une localité lui donnant son identité et sa culture.3


 

Argot

Larousse : ensemble des mots particuliers qu'adopte un groupe social vivant replié sur lui-même et qui veut se distinguer et/ou se protéger du reste de la société (certains corps de métiers, grandes écoles, prisons, monde de la pègre, etc.).


Le Robert : vocabulaire et habitudes de langage propres à un milieu fermé, dont certains mots passent dans la langue commune. L'argot du milieu (des malfaiteurs).


Antidote : langue secrète utilisée par les malfaiteurs, les bandits. Argot du milieu, des voleurs. Parler l’argot.


Exemples d’argot en France.

le daron : le père

la meuf : la femme (en verlan)

Paname : Paris

griller quelqu’un : l’attraper en train de faire quelque chose d’interdit par exemple

la teuf : la fête

à oilpé : à poil = nu(e)

se faire carotter : se faire arnaquer, voler

la maille : l’argent

en scred : en secret

chelou : louche, bizarre

ils ont ken : ils ont des relations sexuelles (ken signifie « niquer » en verlan)

choper / pécho : attraper, séduire quelqu’un, avoir des relations sexuelles avec quelqu’un.4


 

Joual

Larousse : parler québécois de certains milieux populaires.


Le Robert : français populaire canadien, marqué par des écarts phonétiques, lexicaux et des anglicismes.


Antidote : variété du français québécois caractérisée par des écarts phonétiques et syntaxiques, identifiée au parler des classes populaires



Exemples de parler québécois

* Ajout de « tu » après les questions : T'en veux-tu ? Il en veut-tu ? Ils en veulent-tu ? Tu m'écoutes-tu ? Je l'ai-tu ?

* J'en ai en masse, j'en ai un char et puis une barge (beaucoup, en grande quantité).

* T'sais ? (Réduction de : tu sais ?). Plusieurs Québécois ponctuent généreusement leurs phrases de cette petite expression, prononcée comme suit : Tsé !

* À c't'heure ou Asteure (réduction de « À cette heure ». A le sens de maintenant.).

* Envoye-donc ! (Lorsque l'on veut convaincre quelqu'un de faire quelque chose.)

* Pantoute ! (Ou « pas-pantoute ». Signifie « pas du tout ».)

* Tiguidou ! (C'est d'accord !)

* C'est écœurant ! C'est l'enfer ! (Peut être extrêmement négatif OU extrêmement positif)

* Faque : Cela fait que ; donc.

* Je suis tanné, c'est plate (j'en ai marre, c'est ennuyant /ennuyeux).

* Je suis mal pris (en détresse, j'ai besoin d'aide).5


 

Cadjun

Les Cadiens, ou Cajuns forment un groupe ethnique réparti en Louisiane (États-Unis), en Nouvelle-Écosse, sur l'Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick (Canada). Leurs ancêtres sont les Acadiens, qui ont été déportés durant la seconde moitié du XVIIIe siècle en provenance de l'Acadie.


Larousse : se dit des francophones de Louisiane, de leur parler, de leur culture, etc.


Le Robert : Acadien de la Louisiane. La musique cajun. Les parlers cajuns.


Antidote : relatif aux Acadiens de la Louisiane. Cuisine, musique cajun. Mets cajun



 

Parlure

Larousse : au Canada, manière de s'exprimer particulière à quelqu'un, à un groupe (accent, vocabulaire, tournures).


Le Robert : (Canada) Manière de parler. Régionalisme.


Antidote : langue, manière de s’exprimer propre à un groupe, à une personne. Quelle belle parlure 


 

Verlan

Larousse : argot codé qui procède par inversion des syllabes à l'intérieur du mot (par exemple ripou, pourri).


Le Robert : procédé argotique consistant à inverser les syllabes de certains mots


Antidote : argot conventionnel consistant à inverser l’ordre des syllabes de certains mots


Quelques exemples d’expressions en verlan.


Ouf = fou (Un truc de ouf !)

Relou = lourd = ennuyeux, embêtant…

Chelou = louche = bizarre

La reum = la mère

Une meuf = une femme

Un keum = un mec

La teuf = la fête

Pécho = choper (= attraper, draguer)

Une caillera = une racaille (= un délinquant)

Un rebeu = un beur = un arabe

Vénère = énervé

La beuh = l’herbe = la marijuana7


 

Accent

Larousse : ensemble de traits articulatoires (prononciation, intonation, etc.), propres aux membres d'une communauté linguistique (pays, région), d'un groupe ou d'un milieu social


Le Robert : ensemble des caractères phonétiques considérés comme un écart par rapport à la norme (dans une langue donnée).


Antidote : variation des caractères phonétiques d’une langue qui est propre à une région, un milieu. L’accent du Midi



 

Charabia

Larousse : langage ou style bizarre, incorrect, ou qu'on ne comprend pas.


Le Robert : langage, style incompréhensible ou incorrect.


Antidote : langage, style incompréhensible, confus ou incorrect. Un texte écrit dans un charabia indigeste. Le charabia hermétique d’un philosophe


Ce langage spécial donne les expressions : charabia de droit, charabia diplomatique, politique, charabia philosophico-scientifique. On peut même conjuguer le verbe charabiaïser.



 

Baragouin

Larousse : langage incompréhensible par suite d'une mauvaise prononciation, d'un vocabulaire impropre, d'une syntaxe incorrecte.


Le Robert : langue que l'on ne comprend pas et qui paraît barbare.


Antidote : langage incompréhensible, inintelligible



« Leur langue (si l'on peut appeler langue un tel baragouin) est si pauvre, qu'un même mot signifie plusieurs choses. » Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)


« Dans la sensation, qui est finie, comme disent les philosophes en leur infâme baragouin, elle transportait l'infini ! » Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889)


« Pur baragouin ; mais c'était, à la cour surtout, la grande mode anglaise de parler français. »Victor Hugo (1802-1885)10


 

Babélisme

Larousse : confusion où on ne s'entend plus, où on ne se comprend plus ; jargon incompréhensible.


Le Robert : confusion créée par l'usage de nombreuses langues.


Antidote : confusion langagière dans un discours formé de mots provenant de langues diverses ; jargon incompréhensible. L’orateur était atteint de babélisme.


« Nous risquons de sombrer dans le babélisme. »


« On sait ce qu'est le babélisme actuel du mouvement psychanalytique. »11


 

Épilogue

Finalement, que votre langue soit teintée de sabir, de bafouillis, de jobelin, de pataquès, de largonji ou de galimatias, les messages restent les mêmes. Le plus important n’est-il pas de communiquer ?


Et, en attendant l’universalité d’une seule langue, profitons de ces altérations qui donnent à chaque voix différentes teintes, à chaque langue différentes couleurs.


Merci aussi à ceux qui n’ont pas lu


 

RÉFÉRENCES


1

Découvrez La Réunion


2


3


4


5

Authentik Canada - La parlure québécoise


6

Marc à Paul a Jos - École du français cajun (vidéo)


7


8

French Connections (Paris) - Accent du sud (vidéo)

9

Le Nouveau charabia - De Pierre Merle





10

LeRobert -Baragouin


11

LeRobert -Babélisme


 

Informations supplémentaires

*

Dictionnaire Larousse


**

Dictionnaire Le Robert


***

Dictionnaire Antidote


Dictionnaire Littré



Innu-aimun - Dialectes innus


Dictionnaire Argot-Français




Babel & baragouin - Le breton dans la mondialisation


Solange te parle - Québécois pour les nuls (VIDÉO)

 

Comments


bottom of page