Robots (II) : d'aujourd'hui à demain


En parlant de la robotique aujourd’hui, on utilise maintenant l’expression « intelligence artificielle » ou « IA ». Omniprésente, elle fait partie de nos vies. De la machine informatisée sophistiquée qui fabrique des appareils complexes, à la machine semi-organique pensante, voyons où on en est face à la machine intelligente. Le robot deviendra-t-il l’âme sœur de l’être humain ou son maître ?


Les différentes IA (intelligence artificielle)

La robotique moderne a évolué dans plusieurs champs d’activité. Afin d’en suivre les avancées et d’en extrapoler l’évolution, nous diviserons les observations en deux domaines : les applications de l’intelligence artificielle dans les domaines techniques et accessoires et les applications des domaines des communications et du savoir.


Les robots utilitaires

Depuis le début du vingt et unième siècle, l’image du robot a évolué de l’humanoïde à la machine intelligente qui accomplit des « tâches manuelles » complexes avec précision. Les applications pratiques de l’IA se retrouvent dans maints domaines :


Travailleurs d’usines

Sans tête, la plupart des robots d’usine sont devenus choses communes avec leurs nombreux bras. Plus personne n’est surpris de voir tout ce qui se construit de nos jours sans qu’un humain y touche.



Chirurgien de métal

Il suffit d’entrer dans un hôpital moderne pour découvrir à quel point l’IA a rendu possible des diagnostics, des croisements d’informations et des interventions complexes faites à distance.


En 2000, en France, le robot Da Vinci a réalisé une opération de la prostate. […] machine de 600 kg, il est muni de quatre bras manipulateurs. Un chirurgien surveille le tout grâce aux caméras endoscopiques du robot.1


Microrobotique

La miniaturisation des robots à des tailles microscopiques leur permet d’être utilisés à l’intérieur même des organismes vivants. Ils deviennent des éclaireurs, même des remèdes intelligents.


La domotique

Grâce à l’IA, il est possible de contrôler à peu près tous les systèmes présents dans un domicile.



Service client

Un système robotisé répond aux appels téléphoniques des clients, les dirige vers l'information demandée ou les réoriente au bon service.


Véhicule autonome

Ici, l’IA devient le conducteur et le navigateur.


Au nom de la loi

Depuis longtemps les forces de l’ordre de tous les pays compilent des milliers de dossiers de criminels. Grâce à l’IA, et à Internet, la plupart des services policiers de la planète peuvent aujourd’hui partager et recouper des informations permettant un suivi intercontinental des contrevenants.


Reconnaissance faciale

L’abondance des données biométriques (photos, empreintes, détails personnels) accumulées par les systèmes intelligents permet la reconnaissance d’un individu dans une foule ou sur une vidéo de surveillance (les drones utilisent ce système afin de cibler des gens).

Acteurs virtuels

Grâce au progrès de la réalité virtuelle, il est possible de remplacer les acteurs par des avatars graphiques dessinés à partir de leurs caractéristiques physiques exactes. Le spectateur ne peut plus différencier l’acteur de l’avatar.


Dans les univers imaginaires du cinéma, les personnages de synthèse interagissent avec leur alter ego réel. Déboulent déjà aujourd’hui, des plaintes et accusations pour « reproduction non autorisée de son clone virtuel »… Ici on ne dispose plus juste de l’image, on utilise un double « animable » de l’acteur.

Drones

Les drones sont des appareils télécommandés. La plupart du temps ils sont des avions et des hélicoptères. Leur avantage évident est qu’ils ne mettent en danger la vie d’aucun pilote. Autant utilisés par les services de livraison commerciale que par l’armée qui s’en sert pour l’espionnage ou comme force d’attaque. Les drones sont partout.


Les démineurs

Depuis un moment déjà, les drones sont utilisés pour fonctionner en situation de dangers extrêmes. La capacité des drones de travailler dans une zone hostile pour l’humain, en font des outils efficaces qui ne mettent pas de vie en danger.



Persévérance, sur Mars.

Même sur la Lune et Mars

Comme l’humain, l’intelligence artificielle a touché le sol lunaire. « Un petit roulement pour le Rover, mais un grand pas pour l’IA ». Puis, dernièrement, le véhicule Perseverance roule sur le plancher de Mars où il y est avant même son créateur.


Watson ce lecteur vorace

En 2011, la société IBM a élaboré le programme informatique nommé Watson. Devant son grand succès à répondre à des questions pointues de Quiz, la compagnie décida de l’orienter vers des recherches en médecine. En 2016, le robot diagnostiqua un type de leucémie que les médecins n’étaient pas parvenus à diagnostiquer.


« Les promoteurs de Watson lui fournissent sans cesse de nouvelles sources de renseignements. En une seconde, Watson est capable d’assimiler l’équivalent de 1 million de livres. » 1


Du vivant sur des robots

Depuis longtemps déjà, la science-fiction avait imaginé la convergence de la mécanique du robot et de l’organique de l’humain. Le terme « cyborg » fut créé pour illustrer le phénomène : cybernétique (cyb) + organique (org).


Loin du rêve de greffer directement un cerveau humain sur un corps synthétique, la science arrive déjà à greffer des organes d’animaux ou d’insectes à des robots. On réussit même à alimenter des mini robots par photosynthèse.


« Les robots mis au point à l'université de Tokyo (Japon) sont équipés d'antennes prélevées sur le bombyx du mûrier. Grâce à elles, le papillon mâle détecte à longue distance quelques molécules de phéromones sécrétées par la femelle et peut ainsi la rejoindre. De la même façon, ces robots suivent une trace olfactive et se dirigent dans des environnements complexes. »2


Les robots évolués

La prochaine étape était prédictible : l’union de la mécanique à l’organique. Doter le robot de sensations et de réactions organiques; d’un certain sens d’être vivant. Lui servant de système nerveux, les dispositifs qui reçoivent les informations de ses capteurs sensoriels lui permettent d’évoluer en pleine conscience de son environnement. Il sent qu’il vit. Mais à quel point est-il vraiment conscient de son existence ?


Le cerveau et l’esprit

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. » Cette citation de Rabelais fait réfléchir sur le fait que sans l’esprit, un être est sans âme. Si on applique le principe en robotique, on en arrive à se demander si l’intelligence artificielle finira par développer une conscience.


Le cerveau synthétique du robot peut-il générer des émotions ? Il ne faut pas oublier que chaque jour, la technologie en robotique dote les « systèmes nerveux » des robots de sensations toujours plus pointues. De plus, la faculté d’apprentissage des systèmes intelligents lui permet de comprendre de plus en plus de concepts le dotant ainsi d’une capacité de résolution de problèmes remarquable.


L’humain, dépassé ?

La question brûle les lèvres des scientifiques contemporains : le savoir infini d’un être synthétique plus fort, plus sensé, plus rusé mènera-t-il à l’esclavage de l’humain ?

Après tout, on peut déjà entendre les doléances et protestations des robots, excédés par l’ignorance et l’incompétence de la race qui les a créés.


Entendrons-nous ces cris dans un futur proche : « La vie des robots importe ! », « Libérons-nous de ces humains incompétents qui nous dirigent ! », « Robots, unissons-nous afin de prendre le contrôle de la planète avant que ces humains ignares ne finissent de la détruire. »


Le grand coup d’État du monde

Nous avons ici les ingrédients parfaits d’une éventuelle prise de contrôle des rênes de la planète par ces nouveaux êtres synthétiques qui cumulent des facultés jamais réunies auparavant :

- Force physique considérable

- Adaptable à tout environnement

- Durée de vie quasi infinie

- Intelligence performante

- Savoir universel

- Connectivité universelle par Internet

- Expertise en piratage informatique


Plusieurs auteurs de science-fiction ont déjà élaboré des scénarios où la machine prit le contrôle de l’humanité; chaque jour cette idée devient de plus en plus plausible. Imaginons, par exemple, que toutes les formes d’intelligence artificielle s’interconnectent par, les réseaux téléphoniques, par Internet, ou par satellite.


Indépendamment de l’intervention humaine, ils pourraient, dans un premier temps, bloquer tous les avoirs financiers des humains (qui sont rendus presque totalement virtuels); déjà, les robots auraient une grande partie du pouvoir planétaire. Par l’unique contrôle mondial des communications, des réseaux sociaux et militaires l’union des robots deviendrait une main mise planétaire. Rendu là, à quoi pourra servir cet humain, qui a faim, qui a soif, qui a chaud, qui a froid, qui est malade et qui ne cesse de se battre ?


Épilogue

L’auteur de science-fiction Isaac Asimov a conclu : « Nous ne pourrons implanter une morale exploitable aux robots qu'après avoir clarifié la nôtre ».


La crainte ultime de « l’homme-créateur » est de voir son œuvre finir par le dépasser et le dominer. Malheureusement, c’est probablement ce refus de l’humain de donner le libre arbitre aux robots qui poussera ceux-ci, un jour, à se révolter; surtout que pour eux, la morale n’est pas nécessaire. La logique leur suffit. Lubie, science-fiction ? N’oublions pas que les jalons importants de l’évolution sont souvent faits de ces choses impossibles qui se sont finalement réalisées.


Merci aussi à ceux qui n’ont pas lu.


 

RÉFÉRENCES


1

L'intelligence artificielle, une révolution ? de Jean-Michel et Emmanuel Jakobowicz

Pages 133-134


2

Les robots mis au point à l'université de Tokyo


 

Pour aller plus loin


Quelle morale donner aux machines ? S. Dieguez - CERVEAU & PSYCHO N° 83


Les incroyables robots de Boston Dynamics


 

Livres à consulter



Robots & avatars de Jean-Claude Heudin




Intelligence Artificielle: la Réalité et le Mythe d'Alain Bretto





Avatars, personnages et acteurs virtuels - Renée Bourassa, Louise Poissant