top of page

Les grands airs du printemps



Qu’on l’appelle printemps, primavera ou spring, plus que toutes les autres, cette saison a fait écrire, chanter et danser. Voyons les grands airs de cette période symbole du recommencement.


L’inspiration du temps

Quel que soit l’endroit où l’on est sur la planète, il y a toujours un printemps. Pour certains ce n’est qu’une variation de la chaleur, pour d’autres c’est la fonte des neiges et le réveil de la nature.

 

Cependant, une chose est certaine, le printemps fut une inspiration pour les créateurs de toutes les époques. Et c’est particulièrement vrai pour le domaine de la chanson.

 

Éclosions de chansons


Isabelle vlà l’printemps - Ricet Barrier


« Isabelle, vlà l'printemps. Pousse un peu l'tracteur, chu embourbé. »

Isabelle, v'la l'printemps (extrait)

 




C'est le Printemps - Henri Dès




 

 




Le printemps - Marcel Zaragoza


 


 






Dès que le printemps revient – Hugues Aufray

HUGUES AUFRAY - Des que le printemps revient (extrait)

 



Comme on attend le printemps - Jérôme Couture




 





Enfin le printemps – Édith Piaf



 


 

Le Printemps - Michel Fugain & le Big Bazar


 

 



Y a le Printemps Qui Chante - Claude François


 


 



Il suffirait de presque rien - Serge Reggiani


 


Serge Reggiani - Il suffirait de presque rien (extrait)

 



C'est l'printemps - Léo Ferré


 



 



Un nouveau printemps tout neuf – Gilbert Bécaud


 


 



Au printemps – Jacques Brel


 


Jacques Brel - Au printemps (cut)


Le grand ménage du printemps - Stephen Faulkner


 


 



Ce sera le printemps pour tout le monde – Michel Rivard


 


 



Printemps - Gilles Valiquette


 



 




Printemps - Coeur de pirate


 


 



Les deux printemps - Daniel Bélanger


 


 



L'hymne au printemps - Félix Leclerc





 




Printemps, été - Jean Leloup


 


 




Heureux d'un printemps - Paul Piché


Heureux d'un printemps (extrait 20sec)

 

Épilogue

Et pour finir sur de belles paroles, un poème de Victor Hugo qui offre quelque chose d’heureux à chanter à l’infini.

 

Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !

Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,

Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !

Les peupliers, au bord des fleuves endormis,

Se courbent mollement comme de grandes palmes ;

L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;

Il semble que tout rit, et que les arbres verts

Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.

Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;

Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,

A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,

Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

Victor Hugo

 

Merci aussi à ceux qui n’ont pas lu.


 

Comments


bottom of page